Trauma, la libération des émotions avec le NIA

Tamara/ novembre 9, 2016/ Prendre conscience, Traverser les épreuves/ 0 comments

Lorsque j’ai commencé à mettre en place le premier événement dédié aux personnes qui ont traversé ou traversent des épreuves qui les marquent, et qui souhaitent avancer, j’ai décidé d’écrire mon premier article sur ce qu’apporte le Nia à ce niveau. C’est mon domaine. Et c’est aussi, pour mes élèves actuels, un zoom sur la guidance que je leur donne pendant les cours.​

Le hasard n’existe pas. Juste au moment où je décide de mettre en place cet événement, une enseignante de Nia du Vermont, aux Etats-Unis, partage un article à ce sujet. De quoi appuyer ce que je ressens et que j’ai envie de partager. Le sujet est vaste, et je me permettrai de le traiter en plusieurs articles, dont le premier, ici présent, concerne la libération des émotions.​

Le mot trauma vient d’un mot grec qui signifie « blessure », lui-même apparenté à un terme latin qui nous renvoie au « détriment ». A partir de là, on voit bien le lien entre un trauma, une blessure, qui a lieu « au détriment de ». Au détriment de qui? De quoi?​

De vous. De votre santé physique et psychologique, et surtout au détriment de votre Etre. Je rejoins Rebecca sur le fait que, pour ma part en tous cas, c’est la relation qu’on entretient avec un événement qui le rend traumatisant, et non l’événement lui-même.
Pour exemple, la perte de mon dernier bébé, à trois mois de grossesse, alors que je le sentais déjà (après quatre grossesses, le corps réagit plus vite). J’ai dû faire un choix, et lui ai dit au revoir. L’opération en soi était physiquement fatigante, mais c’est surtout ce que cela représentait pour moi qui, sur le coup, la présentait comme un trauma. Avec les années, mon lien avec ce qui s’est passé est devenu plus doux et j’ai choisi moi-même d’en sortir enrichie, et de le voir comme un apprentissage sur le chemin de la bienveillance et de la valeur de la vie. J’ai d’ailleurs écrit, à l’époque, un petit livre, dont je partagerai le contenu prochainement sur ici.​

Lorsque nous gardons enfoui en nous des émotions en lien avec un événement que nous avons considéré comme traumatisant, sans leur laisser la place de venir à la surface, sans se laisser l’espace pour pleurer, crier, taper, ou utiliser de quelque autre manière notre corps pour les libérer, ces émotions, d’autant plus lorsqu’elles sont négatives, peuvent prendre une place de plus en plus importante, et finir par avoir un impact non seulement sur notre humeur, sur notre santé, mais surtout sur notre manière d’aborder la vie.

Pour moi, le Nia est une technique de prise de conscience du corps, dans laquelle je souhaite accompagner les gens à connecter le corps et les émotions. Depuis quelques années, j’ai cherché à développer mon intuition, et de plus en plus, je « sais » quand je suis sur le bon chemin. Ce sens de « savoir », je l’utilise dans mes cours. Même lorsque j’ai préparé un cours depuis plusieurs jours, si je sens que c’est nécessaire, même quelques minutes avant qu’il commence, je change toutes les musiques, afin que la routine des chansons que vont entendre mes élèves, corresponde à ce dont ils ont besoin quand ils arriveront dans la salle.

Je les guide par mes mots, à s’écouter, à ressentir, et à ressortir. Et ainsi, je leur donne une chance de plus de libérer leurs émotions et d’agir positivement sur leur santé physique et psychologique. Ce, même si leur épreuve à eux a simplement été de subir la mauvaise humeur d’un collègue, le stress de leur chef ou la deadline de la journée.

Share

About Tamara

Ingénieur HES en gestion des médias IT Monitrice Jeunesse et Sport - Gymnastique et danse - Sport des jeunes Blue Belt NIA® teacher Reiki 2ème niveau

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*